Actualités

Projet R&D interne: BIG DATA MARKETING ANALYSIS

Projet R&D interne: BIG DATA MARKETING ANALYSIS

        

1.        CONTEXTE SCIENTIFIQUE

Sujet de mode, enjeu technologique et stratégique, le monde du BIG DATA - si tant est qu’il doit être présenté encore – est en pleine effervescence.

Le monde de la donnée a pris un nouvel essor de par les évolutions technologiques (internet, hébergement cloud, téléphonie mobile, objets connectés,…) et sociétales (e-commerce, réseaux sociaux, développement du collaboratif online) qui permettent un accroissement exponentiel de leur acquisition, mais aussi grâce aux progrès accomplis dans différents secteurs porteurs (développement des capacités des sciences génomique, évolution des automobiles/transports...).

Ces différents univers, de la R&D, de l ’Industrie Productive, et des Services se retrouvent donc confrontés au problème d’envergure de l’analyse de ses données de masse.

               

2.        OBJECTIFS

En dehors des besoins marché annoncés publiquement, Soladis a rencontré lors de ses démarches prospectives des porteurs de projets du monde de la Recherche désireux de développer leur connaissance du génome, et du monde des Services dont le souhait est de construire des indicateurs pertinents liants des bases de données destructurées à gros volume de variable et observation – traduction: des projets d’exploitation scientifique/médical ou commerciale de la Big Data.

L’objectif de Soladis est donc de créer une offre, tout d’abord envers les acteurs de l’univers Marketing, plus fournis en données de tout type, et plus appétant aujourd’hui à leur exploitation.

              

3.        ETAT DE L’ART EXISTANT ET DISPONIBLE AU DEBUT DES TRAVAUX

La thématique BIG DATA souffre aujourd’hui d’un problème de taille, qui se matérialise par la citation de Dan Ariely, professeur à l’université de Duke (Caroline du Nord, USA) :

« Big data is like teenage sex: everyone talks about it, nobody really knows how to do it, everyone thinks everyone else is doing it, so everyone claims they are doing It ».

Le sous-entendu est assez clair, le sujet est aujourd’hui une mode dont tout le monde parle, dont on perçoit l’intérêt, mais qui ne parvient pas à s’industrialiser.

De multiples ouvrages font référence à ce thème, pour en expliquer tantôt la théorie, tantôt les perspectives, mais les solutions pour parvenir à la structuration des bases de données.

Aujourd‘hui: Les synthèses statistiques de données Big Data sont simplistes (moyenne, somme, graphes en batons, en camembert), sans interprétation.

Demain: Soladis proposera de nourrir l’interprétation – par une analyse mathématique qui validera les relations entre ces données – et permettra des prises de décisions opérationnelles sur les données BIG DATA.

   

4.        INCERTITUDES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES, VERROUS TECHNOLOGIQUES ET PROBLEMES A RESOUDRE

Le risque auquel se confronte le BIG DATA est qu’il ne lui soit accordé qu’une vision assez classique et transposée de ce qui s’applique aujourd’hui sur des bases de données standards ; de la structuration de la donnée à l’analyse opérée, il est assez simple de se dire qu’il s’agit uniquement d’un changement d’échelle.

Techniquement parlant, les supports paraissent aujourd’hui suffisants pour pouvoir stocker des bases de données géantes. D’un point de vue analyse en revanche, cela apparait comme l’une des barrières à franchir.

Il n’existe aujourd’hui pas d’outils décisionnels pertinents prenant en compte l’amas de données que la technologie nous offre, ni de démarche intellectuelle assez huilée pour lister l’exhaustivité des données  accessibles et utiles, et créer un lien avec les objectifs de la démarche analytique.

L’incertitude est donc grande, et les démarches entreprises par l’état pour encourager la recherche sur le sujet (innovation 2030, les 34 plans gouvernementaux,…) encouragent l’avancement de cette quête.

         

5.        TRAVAUX EFFECTUES

Les travaux réalisés se sont initiés en 3 grandes étapes :

-              la découverte de l’existant

-              la réflexion conjoncturelle

-              la structuration d’une offre

La découverte de l’existant s’est faite par la lecture d’ouvrages bibliographiques et d’articles d’origines diverses abondant sur internet. Cela a permis d’une part de déterminer, intellectuellement, comment se définissait le BIG DATA ; et d’autre part, de réfléchir à son implication dans les problématiques.

Le Big data se définissant donc par la notion de liaison, mise en relation, et analyse de bases de données hétérogènes et déstructurées, le lien avec les réseaux sociaux s’est fait rapidement et la cible MARKETING s’est détachée de façon logique.

         

 6.        REUSSITES TECHNIQUES ET COMMERCIALES, INDICATEURS DE R&D

 Aujourd’hui Soladis commercialise cette offre et a su mener à bien ce projet pour permettre sa viabilité dans le temps.